Des idées afin d’investir dans un placement immobilier rentable

Selon la société de gestion indépendante A Plus Finance, qui a plus de 20 ans d’expérience dans la gestion des placements des particuliers, l’investissement immobilier reste le placement le plus apprécié par les investisseurs en France. Ne demandant pas une grande connaissance, cet investissement permet au contribuable de profiter d’un rendement assez intéressant.
Dans cet article, nous vous apporterons les réponses à toutes vos questions concernant les investissements immobiliers rentables et pas chères.

Investir dans l’immobilier

Un grand nombre d’épargnants préfèrent avoir recours au placement immobilier, puisqu’il forme l’un des meilleurs moyens qui lui permet d’avoir un complément de revenu ou d’envisager une retraite paisible.
Est-ce que pour pouvoir investir dans l’immobilier, il faut avoir les moyens qu’il faut ? Non. En effet, il n’est pas obligatoire d’être aisé financièrement pour pouvoir se lancer dans le secteur de l’immobilier. Il existe plusieurs solutions très peu coûteuses, mais qui ne sont pas assez connues par le grand public.
Alors pour être gagnant comment bien placer son argent ? Et comment avoir un bon rendement de la valeur d’un bien lors d’un investissement immobilier ?

Une des idées d’investir dans des biens

Un investisseur peut investir dans un parking. Pourquoi dans un parking ? Parce que c’est l’une des placements immobilier qui est assez accessible financièrement, tout en échappant à un grand nombre de contraintes. En effet, ce type de placement permet à l’investisseur d’éviter les contraintes en liaison à la gestion classique d’un bien immobilier. Presque pas d’entretien, aucun plafond de loyer, charges faibles, préavis de seulement d’un mois afin de récupérer le bien, peu de risques de dégradation, l’investisseur peut profiter pleinement de son revenu immobilier.
Ce type d’investissement est accessible pour seulement 3 000 à 25 000 euros au sud de la France. Au niveau de la capitale, il faut compter entre 15 000 et 60 000 euros.
Il est important de rappeler qu’un parking bien placé peut rapporter entre 30 à 90 euros par mois au sud de France et entre 100 à 200 euros à Paris.
Afin de se renseigner encore plus sur les investissements, il est important de s’informer auprès d’une société de gestion telle que A Plus Finance.

Investir directement dans le capital d’une PME, un pari risqué ?

Investir dans une PME ou start-up sélectionnée avec soin est un pari gagnant-gagnant !

Les PME, petites et moyennes entreprises, sont au cœur de l’économie française. Selon l’Association française de la gestion financière (AFG), celles-ci emploient la moitié des salariés du secteur privé. 38 milliards de dollars ont été injectés à fin 2018 dans les PME françaises (source : institut national de la statistique et des études économiques).
Aujourd’hui, il existe plusieurs formules pour investir dans des start-ups ou des PME en bénéficiant d’un avantage fiscal. A Plus Finance, une société de gestion indépendante, propose un ensemble de solutions d’investissement.
On peut placer ses financements dans des fonds spécialisés tels les FCPI (Fonds Communs de Placement pour l’innovation) destinés à soutenir les start-ups et les PME innovantes ou les FIP (Fonds d’Investissement de Proximité) dont le seul but est de privilégier un investissement régional. Il est aussi possible d’investir “en direct” en souscrivant au capital d’une start-up ou d’une PME.
Ces deux types d’investissements ont, presque, le même régime fiscal. Mais il faut bien évidemment faire attention parce que ces investissements peuvent présenter des risques très élevés. Ceux-ci sont destinés essentiellement aux personnes qui souhaitent faire de “l’optimisation fiscale”, autrement dit payer moins d’impôt.

Investir “en direct” au capital d’une start-up et PME

L’investisseur, qu’il soit particulier ou institutionnel, peut souscrire directement au capital d’une start-up ou PME non cotée, lors de l’augmentation de capital ou en numéraire et au moment de la constitution. Ce type d’investissement est un peu difficile à réaliser seul, vu qu’il suppose de trouver soi-même une société qui accepte des investisseurs extérieurs.
Les sociétés éligibles doivent réaliser un chiffre d’affaires inférieur à 80 millions d’euros, employer moins de 300 salariés et ne pas appartenir à un groupe. A Plus Finance peut aider l’entreprise à trouver des co-investisseurs. Celle-ci accompagne les PME et les start-ups françaises dans leurs développements.
Pour bénéficier de l’avantage fiscal, les titres doivent être conservés pendant au moins sept ans et la réduction d’impôt sera égale à 33 % de l’investissement, plafonné à 200 000 euros pour un couple marié ou pacsé et 100 000 pour une personne célibataire.

Les Fonds d’Investissement de Proximité

Ce sont des fonds communs de placement dont le seul but est d’aider au développement des start-ups ou PME non cotées et régionales. Les FIP sont composés d’au moins 80 % de titres de start-up régionales non cotées, dont 39 % de jeunes sociétés de moins de sept ans.
Le reste de la composition du portefeuille comprend des valeurs (FCP, Sicav, obligations, actions…) librement choisies par le gestionnaire du fonds.

Comment investir dans une entreprise et bénéficier de sa croissance ?

Faut-il investir dans une PME pour réduire ses impôts ?

En Europe, investir dans une société non cotée (Private Company) a la cote. Selon l’INSEE, les PME (petites et moyennes entreprises) emploient la moitié des salariés du secteur privé. Elles sont au cœur de l’économie française.
D’après France Invest, 26. 5 milliards d’euros ont été injectés l’année dernière dans les PME françaises. Le gouvernement français souhaite accompagner cet essor en incitant les particuliers et les professionnels à investir dans des PME non cotées.
Vous souhaitez vous aussi participer au dynamisme de ces entreprises non cotées et contribuer au développement de l’économie nationale ? Vous l’avez compris, investir dans une société sélectionnée avec soin est un pari gagnant-gagnant !
De plus, en investissant dans une PME vous pouvez bénéficier de la défiscalisation IR PME. Cet investissement reste un excellent moyen de diversification.

A Plus Génération propose plusieurs solutions d’investissement gérées par A Plus Finance, société de gestion de portefeuille (indépendante) et agréée par l’Autorité des Marchés Financiers, vous permettant d’investir dans une petite ou moyenne entreprise via un véhicule d’investissement (FIP, FCPI, Business Angels, LBO (Leverage buy out, etc.).
Qu’ils soient associés à défiscalisation ou non, ses produits d’investissement PME (Fonds Professionnels de Capital Investissement, holding, Mandat, Fonds d’Investissement de Proximité, etc.) vous permettent d’investir dans des entreprises à fort potentiel de développement sélectionnées avec soin par les gérants d’A Plus Finance.
Les produits de cette société de gestion vous donnent l’opportunité d’investir dans des entreprises identifiées pour leur potentiel.

Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) pour investir dans une PME

Créés par la Loi Dutreil en 2005, les FIP visent à accompagner le financement et le développement des PME.
Ainsi, le particulier investissant dans un Fonds d’Investissement de Proximité peut réduire ses impôts sur le revenu (IR) à hauteur de 25 % du montant de son investissement l’année suivant sa souscription. Cette minoration d’impôt est plafonnée à 6 985 euros pour un couple et 3 690 euros pour un célibataire. Au bout de sept ans, la plus-value est exonérée.
Les investissements au capital des fonds spécialisés ou des PME donnent droit à une réduction (de 60 % des sommes investies) d’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune).
En ce qui concerne la souscription, l’investisseur (que ce soit professionnel ou particulier) peut le faire par différents biais : les plateformes spécialisées comme Mes-FCPI, Best-FCPI, Hedios, Haussmann Patrimoine, les réseaux bancaires, les sociétés de gestion (agréées par l’AMF) ou encore les conseillers en gestion de patrimoine.

Placement : la pierre, valeur refuge des Français

L’appétit des investisseurs français en pierre ne faiblit pas. En 2019, l’immobilier reste toujours un placement privilégié pour la majorité des Français (institutionnels comme particuliers). C’est ce qui ressort du baromètre Perial-Ifop !
Cette enquête confirme l’attachement profond des épargnants français à la pierre. C’est un placement considéré comme étant utile pour l’économie. C’est le troisième investissement privilégié pour préparer sa retraite ; deux Français sur trois privilégient la pierre pour préparer leur retraite. Même les plus fortunés préfèrent investir dans l’immobilier plutôt que dans des actions ou des PME. Les dispositifs fiscaux et la faiblesse des taux de crédits sont les deux critères primordiaux pris en compte. Vient s’ajouter ensuite la sécurité avec un chiffre de 78 %.

Faut-il miser sur des SCPI ou investir en direct ?

Le succès du placement SCPI auprès des investisseurs particuliers ne faiblit pas. La pierre-papier continue à offrir un couple risque/rendement encore très attrayant. Ce produit d’épargne permet d’investir dans des actifs tangibles, notamment de l’immobilier de commerce et de bureaux.
En 2018, le rendement moyen de la classe d’actifs (avant impôt) était de 6.7 %. Et, selon l’IEIF, pourrait être compris entre 7.9 % et 8.1 % en fin 2019.
Aujourd’hui, tout placement explique son rendement par son risque relatif. La forte collecte observée depuis une dizaine d’années sur ce marché de niche invite à la prudence. Toutefois, les qualités de ce placement ne doivent pas en faire oublier les risques. En outre, la fiscalité de ce placement se dégrade vu que les OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier) et les SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier) doivent être soumis au nouvel IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière). La société civile de placement immobilier a également pour vertu de procurer à son souscripteur le versement d’un dividende régulier.
Ce complément de revenu peut se révéler intéressant une fois à la retraite.

Les meilleures sociétés de gestion SCPI du marché français

Aujourd’hui, il existe plu de 700 SCPI. Elles sont gérées par des sociétés de gestion (Perial Asset Management, Primonial REIM, A Plus Finance, Corum AM, Fiducial Gérance…) qui sont une pièce essentielle. En obtenant un agrément de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), la société de gestion devient l’intermédiaire clé pour les porteurs de parts.

Les 10 meilleures sociétés de gestion
– La Française AM
– Amundi Immobilier
A Plus Finance
– Ciloger
– Fiducial Gérance
– Paref Gestion
– Sofidy
– Paref Gestion
– Perial Asset Management
– Foncia Pierre Gestion.

Pourquoi investir dans l’immobilier ?

Placement : “la pierre une valeur sûre”

L’investissement dans l’immobilier (résidentiel, locatif, etc.) est un créneau large au cœur des stratégies de gestion des investisseurs institutionnels comme particuliers. Le marché de l’immobilier est un secteur multiforme, extrêmement riche ; son champ est diversifié et large, tant par les fonctions qu’il recouvre que par la richesse de ses produits. Il offre, entre autres, une richesse de positionnement tout en étant un secteur extrêmement résilient.
L’adaptation des sociétés à la nouvelle donne du marché et l’évolution permanente entraîne l’émergence de nouveaux métiers, mais également l’évolution et la mutation d’activités plus traditionnelles dont le seul et l’unique but est de satisfaire les besoins des clients, qui, aujourd’hui, sont devenus de plus en plus exigeants. Ce secteur ne se résume pas seulement au métier d’agent immobilier.
Une multitude de métiers : le gestionnaire d’actifs immobiliers, le responsable de programme, le gestionnaire de patrimoine, l’asset manager, l’expert en évaluation, l’administrateur de biens, l’agent immobilier, le gestionnaire de copropriété…
Certification, qualité de services, développement de nouvelles offres de services, valorisation de patrimoines, rationalisation des coûts… : autant d’évolutions qui imposent aux cadres d’être compétents dans le cœur de métier, et aussi de devenir forces de propositions.

La pierre, valeur refuge des Français

D’après le baromètre Perial-Ifop, en 2019, la pierre reste toujours un placement privilégié pour la majorité des Français. Cette étude confirme l’attachement profond des épargnants, que ce soit institutionnels ou particuliers, à la pierre derrière l’assurance-vie.
C’est le deuxième investissement privilégié, derrière l’assurance vie, pour préparer sa retraite. 8 Français sur 10 pensent que la pierre est un placement utile pour l’économie.
Même les Français les plus fortunés, disposant d’un patrimoine de plus de 800.000 euros, préfèrent investir dans l’immobilier plutôt que dans des actions ou une PME. Pour les investisseurs, la sécurité avec un chiffre de 68 % reste un des critères primordiaux pris en compte. Ensuite, viennent s’ajouter les dispositifs fiscaux, telle la loi Pinel, et la faiblesse des taux de crédits, qui sont les deux autres facteurs qui expliquent ce gain d’intérêt pour l’immobilier. Ce n’est pas par hasard que l’investissement dans la pierre est considéré comme étant le plus sûr !
A Plus Finance, une société de gestion indépendante, a développé les savoir-faire et les compétences dans le domaine de l’immobilier. Elle propose à ses investisseurs (particuliers et institutionnels) des solutions innovantes et originales. L’originalité de sa démarche est la recherche de stratégies de niche. Les souscripteurs de ses fonds bénéficient des avantages de l’immobilier sans les contraintes de gestion.
A Plus Finance lance un OPCI bénéficiant du régime du LMNP (loueur meublé non professionnel) pour les particuliers. Donc même les investisseurs particuliers bénéficieront des avantages fiscaux. Ils pourront ajuster au mieux le montant de leur investissement puisqu’ils achètent des parts d’OPCI.

Comment investir dans les petites et moyennes entreprises en France ?

Effectuer un placement direct ou indirect dans des PME françaises est de plus en plus apprécié par les
contribuables afin de bénéficier des éventuels défiscalisation IR PME.
Toutefois, ce type d’investissement est encore méconnu par la plupart des investisseurs. Grâce à
l’intervention de Frédéric Bayol, le directeur général et cofondateur de la société de gestion indépendante
A Plus Finance, vous saurez tout sur l’investissement dans les PME.

Comment réaliser un investissement PME et profiter de sa croissance ?

Il est important de mentionner que les petites et moyennes entreprises sont au plein cœur de l’économie
française. En outre, les PME emploient plus de la moitié des salariés surtout au niveau du secteur privé.
Réaliser un placement dans une société non cotée dans l’hexagone est de plus en plus apprécié par les
contribuables. En effet, d’après les chiffres délivrés par la société de gestion spécialisée dans
l’investissement dans l’économie réelle à travers des placements dans des actifs non cotés, A Plus
Finance, plus de 14 milliards d’euros ont été placés durant 2017 dans les PME françaises.
Le gouvernement ces dernières années n’a pas hésité d’encourager les particuliers à investir dans les
différentes entreprises françaises. En effet, le contribuable pourrait participer au développement de
l’économie de l’hexagone grâce à sa contribution au dynamisme économique d’une ou de plusieurs
entreprises. En contrepartie, le gouvernement offre à l’investisseur des avantages fiscaux. Par conséquent

réalisé un placement dans une société qui est sélectionnée avec soin est un investissement gagnant-
gagnant.

Même si investir dans une société non cotée peut avoir des risques, l’investissement dans une petite ou
moyenne entreprise reste malgré tout un excellent moyen de diversification.

Investir dans des entreprises en passant par des fonds communs

Un grand nombre de sociétés de gestion agrée par l’autorité des marchés financiers, propose différentes
solutions de placement afin d’encourager les contribuables d’investir dans une entreprise de type PME,
que ce soit d’une façon directe ou indirecte. Les produits de placement proposés par la société de gestion
sont généralement de type PME, un fonds commun de placement dans l’innovation FCPI ou un fond
d’investissement de proximité FIP. Ces différents types de produits permettent au contribuable de
participer activement dans la croissance de la société qui est sélectionnée avec soin par les professionnels
travaillant au sein de la société de gestion.
Pour mieux comprendre la différence entre les différents produits, il est important de prendre contact avec
une société de gestion qui a la capacité d’identifier les opportunités à investir.

Les avantages fiscaux qu’apporte l’investissement dans une entreprise

Un placement dans le capital d’une entreprise PME permet à l’investisseur de réduire son montant d’impôt sur le revenu. En effet, différents dispositifs de défiscalisation donnent la possibilité à l’investisseur de diversifier son patrimoine grâce à des placements dans des actions non cotées.
Afin d’encourager le placement des fonds propres dans des PME et TPE, tout investisseur peut profiter à une forme d’incitation fiscale en terme d’impôt sur le revenu, à condition qu’elles conservent ses titres durant les cinq ans. Toutefois, les règles diffèrent d’un placement à un autre. Grâce à l’intervention de Guillaume Pellery le responsable de l’investissement au sein de la société de gestion A Plus Finance, vous saurez tout sur les avantages des placements direct et indirects.

Profitez des avantages fiscaux, grâce à l’investissement direct dans une PME ou TPE

Investir directement dans une entreprise de type PME ou TPE permet à l’investisseur de profiter d’un avantage fiscal intéressant. Ce système est connu sous le nom de niche fiscale Madelin ou encore de IR-PME.
Cet avantage fiscal, donne droit à l’investisseur à une réduction d’impôt pouvant atteindre 25 % du placement réalisé. Il est important de rappeler que le plafond pour l’investissement est fixé à 50 000 euros par investisseur et 100 000 euros pour un couple. Néanmoins, en cas de dépassement du plafond, l’investisseur ne perd pas l’avantage fiscal, puisque l’excèdent peut être reporté sur l’impôt, sur les revenus des 5 années suivantes.
Ce système de défiscalisation implique la conservation des titres durant 5 ans en plus de l’année en cours. Toutefois, le placement n’est pas sans risque, c’est pour cette raison qu’il est primordial de bien choisir l’entreprise. L’idéal selon le responsable de l’investissement de la société de gestion A Plus Finance, est d’investir dans le capital d’une entreprise dont l’investisseur connaît parfaitement les dirigeants.
Si l’investisseur n’est pas convaincu par l’investissement direct, il peut opter pour le placement collectif.

Investissements indirects

L’investisseur peut opter d’investir d’une manière indirecte dans une société en investissant par l’intermédiaire des placements comme les fonds d’investissement de proximité ou les fonds communs de placement dans l’innovation.
Le fonds d’investissement de proximité est un actif qui doit être constitué d’au moins 60 % de parts de petites et moyennes entreprises non cotées, possédant moins de 250 salariés. Par contre le fonds commun de placement dans l’innovation est un organisme d’investissement collectif qui permet d’investir dans le capital d’une société possédant un caractère innovant et non cotées.

Investir dans une assurance vie pour alléger votre impôt

Selon Niels Court Payen, le président et cofondateur de la société de gestion A Plus Finance, le contrat
d’assurance vie séduit de plus en plus d’investisseurs en France. En raison de ses multiples atouts en plus
de sa grande souplesse, l’assurance vie permet à l’épargnant de constituer et de protéger un capital afin de
mieux préparer sa retraite. En outre, l’épargnant pourrait profiter d’une meilleure fiscalité plus attrayante
en matière de plus values et de successions.

Fiscalité avantageuse tout en sécurisant votre succession

Il est important de mentionner que le contrat d’assurance vie est un formidable outil fiscal afin de
transmettre un patrimoine sans pour autant passer par l’acquisition immobilière.
En outre, l’assurance vie permet à l’épargnant de laisser une part de son patrimoine aux personnes qu’il
choisit même s’ils ne font pas partie des héritiers directs. L’investisseur n’a qu’à signaler les héritiers
bénéficiaires de son patrimoine, et ils recevront tout ou une partie de son capital du contrat en cas de son
décès.
Il est important de noter qu’en cas de décès de l’assuré, l’assurance vie n’est pas soumise au barème fiscal
traditionnel des successions, mais plutôt à un régime propre à eux, qui est beaucoup plus avantageux.
Comme c’est le cas de l’abattement qui est applicable à l’assurance vie et qui est identique pour tous les
héritiers quel que soit leur lien de parenté avec l’assuré. En effet, l’abattement est de 152 500 euros par
héritier alors que selon le droit des successions, l’abattement pour les enfants peut s’élever à prés de 100
000 euros chacun.
Malgré que cette transmission est imposable toutefois, elle pourrait faire l’objet d’une exonération totale
dans de nombreux cas.

Du nouveau au niveau de l’assurance vie

Selon le responsable travaillant au sein de la société de gestion A Plus Finance, depuis 2014, il y a du
nouveau au niveau de l’assurance vie, puisque les contrats vie sont investis à 33 % minimum dans des
investissements utiles comme les logements sociaux, économie sociale et solidaire. Grâce à une fiscalité
favorable, on vise à encourager les investisseurs à opter plus sur les assurances vie. L’épargnant peut
profiter d’un abattement supplémentaire qui peut atteindre 20 % sur les primes, bien avant d’appliquer
l’abattement général qui est de 152 500 euros.
Il est important de préciser que depuis 2007, si le bénéficiaire est soit le partenaire pacsé soit le conjoint
du défunt assuré, aucun prélèvement sera appliqué.
En outre, il faut bien mentionner que l’assurance vie pourrait faire certains déçus puisqu’elle n’offre
aucun avantage fiscal au niveau de l’IFI ou aussi appelée l’impôt sur la fortune immobilière.

Management de l’immobilier

 

Les acteurs de l’immobilier : promoteurs, experts immobiliers, agences immobilières, courtiers en crédits…
Le prospecteur foncier : c’est le premier maillon dans la chaîne de l’immobilier. Il s’occupe de trouver des terrains à bâtir ou des biens à rénover, négocie des droits à construire et étudie la faisabilité d’un projet, au plan financier et juridique. “Apporteur d’affaires”, ses employeurs peuvent être des sociétés de promotion immobilière, des organismes de logement social, et même des organismes tels que des banques, des assurances ou des caisses de retraite et, de plus en plus, des entreprises de BTP.

La prospection

Il y consacre une bonne partie de son temps. En voiture, il sillonne la région pour repérer des terrains, des constructions vétustes, relever tout indice qui indiquerait la disponibilité d’une parcelle. Lorsqu’il en trouve une, il recherche son propriétaire pour lui faire une proposition d’achat. Le prospecteur s’informe, rencontre des vendeurs potentiels, démarche les gens à domicile pour s’avoir s’ils ont en projet de vendre un terrain ou s’ils connaissent éventuellement des personnes susceptibles de le faire. Ces recherches de foncier s’effectuent également au bureau, en contactant par téléphone des propriétaires et en relançant son réseau de relations, constitué notamment de notaires. Autre source d’information, les plans du cadastre. En les consultant dans les mairies, il apprend où se trouvent les possibilités de construire dans une région. Une fois le bien trouvé, il doit en négocier le prix avec le propriétaire, c’est là tout l’art du prospecteur.

Parallèlement à la négociation, le prospecteur s’informe des règles d’urbanisme en vigueur auprès des mairies. Il consulte le PLU (plan local d’urbanisme) et le COS (coefficient d’occupation des sols) afin de savoir notamment quelles sont, dans la localité, les distances maximales autorisées entre chaque construction et quelle est la hauteur maximale des bâtiments à respecter. Enfin, il lui faut obtenir les autorisations de construire délivrées par les mairies. Il réalise un premier bilan financier, qui sera approfondi par la suite par le monteur, pour évaluer la rentabilité de l’opération. Il évalue le coût de la construction et se renseigne auprès de la commune pour obtenir des informations nécessaires pour établir ce bilan (quelles sont les taxes, les infrastructures à la voirie comme l’électricité, l’eau…). Il réalise aussi une étude de marché. Une fois toutes ces opérations effectuées, il passe le relais au dénicheur d’appartement ou l’agent immobilier.

Pour quelles raisons est-il avantageux de recourir à un chasseur immobilier ?

L’achat immobilier avec un dénicheur d’appartements (aussi connu sous le nom de “chasseur immobilier”) est, en effet, recommandé pour être accompagné par des professionnels. Le dénicheur d’appartements peut effectuer tout le travail de recherche du bien immobilier en amont de son acquéreur. Il a un rôle spécifique.
Le leader de la chasse immobilière “HomeLike Home” intervient à l’achat comme à la location (à Londres, à Aix-en-Provence, en Normandie, sur Bordeaux, sur Paris et ses environs). Ce dénicheur d’appartements peut vous accompagner et défendre vos intérêts tout au long du process de recherche de votre bien idéal. Il propose aussi des services pour trouver vos locaux professionnels. Il offre un service sur mesure.
HomeLike Home est titulaire d’une carte professionnelle délivrée par la CCI. Il est exclusivement au service de l’acquéreur.

 

Immobilier : à Paris, le marché n’apparaît pas très raisonnable

L’augmentation des prix au niveau de la région parisienne est nettement plus supérieure à celle enregistrée dans d’autres régions de la France. Face à cette augmentation des prix, les transactions déclinent dans la capitale française, comme ont remarqué les notaires et les bureaux de chasse immobilière dans l’hexagone.

L’évolution du marché de l’immobilier sur Paris

De la pénurie de bien de qualité sur Paris, aux ventes à perte dans d’autres régions, le marché de l’immobilier ancien a retrouver ces dernières années des situations contrastées entre nouvelle hausse des prix des biens et l’activité record.
« Malgré la hausse des prix, 2018 a été assez bon en terme de vente des biens par rapport à 2017, contrairement à ce que certains professionnels prédisait au début de l’année » a expliqué Olivia Samson l’une des chasseuses immobilières travaillant au sein de Homelike Home, l’un des spécialistes de la recherche des biens personnalisée sur Paris.
Et pourtant, les professionnels promettaient il y a un an un atterrissage en douceur, après le record enregistré dans le nombre de ventes dans l’hexagone ces deux dernières années. En effet, selon les chiffres délivrés par l’Insee, plus de 970 000 transactions ont été effectuées durant l’an dernier. Au niveau des prix, après la hausse enregistrée en 2015, l’augmentation des prix se confirme avec une moyenne de 3.2 % durant l’an dernier, surtout que l’inflation en France reste continue sous 2 %.
Cette hausse au niveau des transactions immobilières pourrait être expliquée par les conditions de crédit qui sont très encourageantes en proposant des taux d’intérêt avec des niveaux extrêmement bas.
La hausse des prix enregistrée au niveau de la capitale est nettement supérieure à celle enregistrée dans les autres régions en France, tandis que les transactions ont tendance à décliner au niveau d’île-de-France.

La situation du marche de l’immobilier au niveau de la capitale

Selon les professionnels du secteur, la situation de la capitale n’apparaît pas très raisonnable. Cette situation a été présentée par les notaires franciliens, en fin 2018, en affirmant l’existence d’un écart marquant entre les prix de l’immobilier entre les différentes villes françaises comme par un exemple les prix des biens qui ont flambé à Bordeaux toutefois, ils ne cessent de reculer à Saint-Etienne. Surtout, qu’il existe différent marché au niveau de l’hexagone, mais au niveau de l’île-de-France aussi.
Selon le constat réalisé par l’un des leaders parmi les chasseurs immobilier Paris, Homelike Home, il existe des différences entre les marchés immobiliers urbains, pré-urbains et le marché rural.