Coronavirus : les lieux de culte confrontés aux restrictions de rassemblement

Tandis que le nouveau coronavirus a contaminé près de 3 000 personnes en France et a causé la mort de 1 300 autres, Emmanuel Macron, le président de la République, a indiqué que “si des mesures de confinement et de restriction drastiques n’étaient pas à l’ordre du jour, celles-ci ‘ne peuvent être exclues’. C’est un changement de ton face à l’épidémie de Covid-19.
Le combat continue dans l’Hexagone. Le chef de l’État a pris de nouvelles mesures radicales. Elles vont de la fermeture des frontières, des universités, des écoles et des lieux de culte au report des événements sportifs et à la suspension de la délivrance des visas.
“Le monde est confronté à une crise sanitaire sans précédent. Ce nouveau coronavirus, apparu en décembre 2019 en Chine, principalement à Wuhan, affectera notre économie et notre vie quotidienne”, a tweeté Edouard Philippe, le Premier ministre.
Ce dernier a appelé hier soir, au respect, strict, des règles de sécurité tandis que l’épidémie du coronavirus continue de se propager à vive allure sur la planète. “La réduction des risques est le meilleur moyen de lutter contre le nouveau coronavirus”, insiste-t-il.

Ramadan 2020, Pessah, Pâques… Trois religions en confinement

Les fêtes majeures des trois religions monothéistes (christianisme, le judaïsme et l’islam) auront un goût particulier cette année.
“Les fêtes religieuses du mois d’avril devront se faire sans rassemblement”, prévient Emmanuel Macron.
En effet, le message de ce dernier était de prévenir les représentants des principaux cultes que les ‘fêtes religieuses, Ramadan 2020, Pessah, et Pâques, ne pourraient pas être organisées sous leur forme traditionnelle. “Il y a une possibilité de les vivre de façon virtuelle”, ajoute-t-il.
Le calendrier religieux du mois d’avril bouleversé par l’épidémie de Covid-19. Les célébrations religieuses sont fortement impactées par ce nouveau virus. Celles-ci sont désormais suspendues.
Rassemblements suspendus, pèlerinages annulés, lieux de culte fermés… Face à l’expansion du coronavirus et en dépit de certaines réticences, les représentants des cultes sont forcés de s’adapter. Ce n’est pas une mince affaire pour ces derniers.
Un ramadan 2020 sans prière collective le soir. Sans fête à la tombée de la nuit. Sans grandes tablées… “Préparons-nous à vivre autrement le mois du Ramadan 2020”, ajoute Mohamed Moussaoui, le président du Conseil Français du Culte Musulman.
Vendredi 24 avril, deux quart de la population mondiale vont entrer dans le mois du Ramadan (1441-2020) – mois sacré dans le calendrier musulman. Pendant cette période, qui dure 29 ou 30 jours, les musulmans, notamment les pratiquants, doivent s’abstenir de relations sexuelles, de boissons, de nourritures, du lever (Al Fajr) au coucher (Al Maghrib) du soleil. Le calendrier du mois de ramadan 2020 est disponible sur le site officiel du Conseil Français du Culte Musulman.