Immobilier : à Paris, le marché n’apparaît pas très raisonnable

L’augmentation des prix au niveau de la région parisienne est nettement plus supérieure à celle enregistrée dans d’autres régions de la France. Face à cette augmentation des prix, les transactions déclinent dans la capitale française, comme ont remarqué les notaires et les bureaux de chasse immobilière dans l’hexagone.

L’évolution du marché de l’immobilier sur Paris

De la pénurie de bien de qualité sur Paris, aux ventes à perte dans d’autres régions, le marché de l’immobilier ancien a retrouver ces dernières années des situations contrastées entre nouvelle hausse des prix des biens et l’activité record.
« Malgré la hausse des prix, 2018 a été assez bon en terme de vente des biens par rapport à 2017, contrairement à ce que certains professionnels prédisait au début de l’année » a expliqué Olivia Samson l’une des chasseuses immobilières travaillant au sein de Homelike Home, l’un des spécialistes de la recherche des biens personnalisée sur Paris.
Et pourtant, les professionnels promettaient il y a un an un atterrissage en douceur, après le record enregistré dans le nombre de ventes dans l’hexagone ces deux dernières années. En effet, selon les chiffres délivrés par l’Insee, plus de 970 000 transactions ont été effectuées durant l’an dernier. Au niveau des prix, après la hausse enregistrée en 2015, l’augmentation des prix se confirme avec une moyenne de 3.2 % durant l’an dernier, surtout que l’inflation en France reste continue sous 2 %.
Cette hausse au niveau des transactions immobilières pourrait être expliquée par les conditions de crédit qui sont très encourageantes en proposant des taux d’intérêt avec des niveaux extrêmement bas.
La hausse des prix enregistrée au niveau de la capitale est nettement supérieure à celle enregistrée dans les autres régions en France, tandis que les transactions ont tendance à décliner au niveau d’île-de-France.

La situation du marche de l’immobilier au niveau de la capitale

Selon les professionnels du secteur, la situation de la capitale n’apparaît pas très raisonnable. Cette situation a été présentée par les notaires franciliens, en fin 2018, en affirmant l’existence d’un écart marquant entre les prix de l’immobilier entre les différentes villes françaises comme par un exemple les prix des biens qui ont flambé à Bordeaux toutefois, ils ne cessent de reculer à Saint-Etienne. Surtout, qu’il existe différent marché au niveau de l’hexagone, mais au niveau de l’île-de-France aussi.
Selon le constat réalisé par l’un des leaders parmi les chasseurs immobilier Paris, Homelike Home, il existe des différences entre les marchés immobiliers urbains, pré-urbains et le marché rural.