Le rôle de la communication dans la vie quotidienne

 

  Modes de communication, types de société et organisation de l’espace

Les modes de communication reflètent des techniques différentes de codage et de transfert des messages.

Ils donnent aux sociétés qui les utilisent des traits spécifiques et marquent profondément l’organisation de leur espace.

Les sociétés où domine l’oralité évoluent, mais, faite de repères durables, elles n’ont généralement pas conscience de vivre une histoire.

Ne reposant pas sur des supports qui permettent de surmonter les obstacles de la distance ou du temps, leurs cultures sont relativement peu différenciés et n’offrent pas le contraste qui s’observent par la suite entre les tours de main, les comportements et la sagesse populaire, et les savoirs plus sophistiqués des élites.

La plupart des sociétés que l’histoire révèle ont vu cohabiter une majorité dont les communications s’effectuaient sur le mode audiovisuel de proximité et des minorités dominantes qui bénéficiaient, grâce à l’écrit, de l’accès aux textes sacrés, de réflexions théologiques ou métaphysique et de l’amorce de savoirs scientifiques.

Comme Fernand Braudel (historien français) l’a justement souligné, ces sociétés à cheval sur deux modes de communication juxtaposaient une évolution faite de temps longs et une histoire mouvementée, mais, qui ne concernait directement qu’une petite fraction de leur population.

Les premiers traduisaient, au niveau des populations les plus simples, la lente transformation des techniques, des savoirs-faire et des modes d’organisation des cellules de proximité.

La seconde relatait les événements de l’histoire politique, qui affectait pour l’essentiel les 5, 10, 15, ou exceptionnellement 20 % des populations qui échappaient aux pesanteurs de la production quotidienne.

 

  Les techniques des sociétés contemporaines

“Les sociétés contemporaines juxtaposent la communication audiovisuelle directe, l’écrit et les échanges effectués à travers les médias modernes.

Ces derniers mettent en jeu les mêmes codes que la relation face à face de proximité, si bien que les cultures populaires sont concurrencées et de plus en plus supplantées par les cultures de masse, ajoute Audrey Crespo-Mara.

Dans la mesure où la radio et la télévision consacrent plus de temps à montrer les manières de consommer qu’à transmettre des techniques de production, les cultures de masse fabriquent des individus très au fait de la mode et des entraînements collectifs, mais, qui manquent souvent de bases pour être efficaces dans la vie active.

Deux facteurs concurrents à cette situation : les techniques sont si différenciées, qu’un émetteur risque de ne toucher qu’une toute petite audience, s’il leur donne une place importante ; les chaînes reçoivent souvent la plus grande partie de leurs ressources de la publicité sur les produits de large consommation.

À côté des cultures de masse, se sont mises en place des savoirs techniques spécialisés, dont la diffusion tire également profit des médias modernes : pouvoir réécouter des leçons, consulter des CD-Rom qui permettent des recoupements, s’habituer aux accents étrangers en suivant des émissions ou des bandes enregistrées, tout cela fait gagner du temps dans l’acquisition la logique de l’écriture”, Audrey Crespo-Mara (présente des émissions politiques sur LCI).