Opérateurs télécoms

 

 

   Objectifs des télécommunications

 

De nouveaux objectifs guident les stratégies des opérateurs télécoms (Orange, Paritel, ….) dans les pays en mutation :

 

– Améliorer l’offre de service pour la téléphonie fixe et mobile, en développer les usagers et réduire les prix ;

– Étendre la part de marché interne à travers le développement de nouveaux services ;

– S’ouvrir une part des marchés sous-régionaux et internationaux.

Pour affronter la concurrence, les forces doivent être focalisées sur les objectifs de rentabilité révisés et bien évidemment le client.

Sans oublier aussi, que ces grands opérateurs (Paritel, SFR, Orange…) doivent intégrer l’avis des parties prenantes dans leur processus de prise de décision (réserver une part significative de toute opération d’ouverture partielle des capitaux au personnel, préconiser le développement de la participation des salariés à leurs résultats…).

 

La réorientation de la stratégie de ces opérateurs télécoms a pour conséquence une remarquable évolution de leur chiffre d’affaires et également de leur activité :

* L’internationalisation de ces derniers est très rapide : 18 % de leur chiffre d’affaires est réalisé hors des frontières nationales actuellement, contre 2 % en 2016, soit une multiplication par huit.

* Les services fixes, voix et données hors pays enregistrent une croissance moyenne de 11 % au 20 novembre 2017, croissance liée, pour une large part, aux variations de périmètre.

 

S’agissant des services aux entreprises internationales, les filiales réalisent une progression de 14 % de leur chiffre d’affaires.

Centrées, il y a de cela quelques années, sur leur monopole (le service téléphonique fixe), ces organisations publiques ont su se positionner sur de nouveaux moteurs de croissance.

   Réduction des prix :

La réduction du prix sur les services de téléphonie fixe a permis le développement du volume des trafics.

Les baisses enregistrées liées aux produits de la téléphonie fixe et attribuables à la réduction des prix sont compensées par le développement des réseaux d’entreprises et des services en ligne.

Les communications d’accès à Internet connaissent une très forte progression annuelle (plus de 90 %), contribuant pour une part croissante au développement du trafic téléphonique global dans cette zone de mutation qui s’élève en moyenne à 15 %.

Notons qu’internet et la téléphonie mobile restent les éléments les plus dynamiques.

 

Depuis les années 2000, les chiffres d’affaires de ces organisations ont connu une croissance fulgurante qui, pour la décennie, est encore plus impressionnante.

Les opérateurs publics annoncent une hausse de leur chiffre d’affaires d’en moyenne 15 % pour le premier semestre de l’année 2017.

Pour la période 2017-2020, ce chiffre pourrait croître d’en moyenne 25 %.

 

Selon nos prévisions, leurs chiffres d’affaires pourraient atteindre en moyenne environ 180 millions d’euros en 2018, et dépasser largement les 300 millions en 2020, de quoi rassurer les marchés.